Les dix plus grands sportifs français de l’Histoire.

Par Alexis Delcourte

Il faut rédiger cet article pour comprendre la richesse du sport français. Dans chaque discipline, au moins un français a dominé une période de son sport. La difficulté n’a pas été de faire un classement, elle a été de retenir uniquement dix noms. De ne pas parler de Jean-Claude Killy, Christian d’Oriola, Alain Prost, David Douillet, Eric Tabarly, Colette Besson, Alain Bernard, Florence Arthaud et tant d’autres qui méritent tous pour diverses raisons une place dans le classement. Mais il a fallu faire un choix à contrecœur, ne retenir que les plus performants, ceux ayant eu le plus grand impact, les plus dominants.

10: Serge Blanco

Dans le monde du rugby, Serge Blanco est une référence. Considéré comme l’un des meilleurs arrières des années 80 et de l’histoire en général, le natif de Caracas a permis à l’équipe de France de devenir l’une des meilleures équipes du monde. Celui que l’on surnomme le Pelé du rugby est le leader des Français qui iront en finale de la première coupe du monde de rugby ( vaincu par des all-black imprenables à domicile ) et jusqu’en quart de finale de la coupe du monde 1991. Il remportera six tournois des cinq nations dont deux fois par grand chelem, sera nommé six fois meilleur joueur du championnat français et détient surtout le record d’essais en sélection française, trente-huit ce qui le positionne à la sixième place mondiale. Serge Blanco s’est reconverti ensuite dans une carrière de dirigeant sportif qui l’emmènera à la vice-présidence de la Fédération française de Rugby et également dans une carrière d’homme d’affaires avec la création d’une marque de vêtements à son nom.

9: Marie-José Pérec

La gazelle a probablement le plus beau palmarès féminin de l’athlétisme Français. Double championne du monde, triple championne olympique et intronisée au temple de la renommée de l’IAAF qui récompense les plus grands athlètes de l’Histoire. Elle a régné sur sa discipline pendant près de dix ans en décrochant des records qui tiennent toujours aujourd’hui. Elle obtient d’abord l’or à Barcelone 1992 sur 400m, mais son pic n’est pas là, à Atlanta, la divine règne sur le 200m et le 400m. Elle devient alors la deuxième sportive de l’Histoire à réussir le doublé 200/400m mais surtout, elle est la seule, homme et femme confondus à avoir conservé un titre de championne olympique sur 400m. Elle devient par la même occasion la française la plus médaillée de l’Histoire des jeux à égalité avec la cycliste Félicia Ballanger. Cependant, malgré ces exploits, ces records, il reste avec Marie-José Perec ce sentiment d’inachevé, de gâchis. La divine avait les capacités pour régner davantage, dominer son sport comme il ne l’avait jamais été auparavant. Mais la gazelle était trop fragile, victime du stress, de la présence de parazzi qui ont fait de sa vie un enfer. Il y a la fuite aux Jeux de Sydney où elle quitte l’Australie avant la course et laisse sa rivale Cathy Freeman remporter l’or, puis il y a cette progressive chute, cette pente que Marie-José Perec ne parviendra jamais à remonter.

8: Thierry Omeyer

Si le handball était un sport plus médiatique et que Thierry Omeyer eût pu marquer davantage les français, ils seraient au sommet de ce classement. Il aurait été difficile pour le gardien de l’équipe de France de Handball d’avoir un palmarès plus étoffé. Quintuple champion du monde, double champion olympique, quatre fois vainqueur de la ligue des champions, meilleur handballeur de l’année en 2008 tous postes confondus et surtout, avec cinquante-neuf titres en carrière, sportif français le plus titré de l’histoire. Thierry Omeyer aura avec les membres de l’équipe de France dominé le handball international pendant près de vingt ans. Un premier titre de champion du monde en 2001, un dernier en 2017, seize ans qui résument une longévité folle. Pour finir, la fédération internationale de handball a en 2010 lancé un sondage dans le but de nommer le plus grand gardien de l’histoire de ce sport. Thierry Omeyer, a qui il restait encore 10 ans d’excellence à ce moment précis, a été élu avec 93,54% des votes. Tout est dit.

7: Martin Fourcade

Il est difficile pour un athlète des jeux d’hiver de se faire connaitre du grand public. Alors quand un biathlète parvient à régner sur sa discipline tout en devenant l’ambassadeur de son sport et une figure médiatique reconnue, l’exploit est encore plus beau. Martin Fourcade a fait passer le biathlon français de l’ombre à la lumière. Nous ne manquions pas avant lui de biathlète performant au haut niveau mais depuis celui que l’on surnomme le patron, il y a une tête d’affiche, un homme que l’on reconnait, à qui l’on s’identifie. Pour se créer cette image, le biathlète a dû devenir le sportif français le plus titré de l’histoire des jeux olympiques. Cinq médailles d’or réparties sur deux olympiades, témoignant d’une hégémonie sans partage. A ces médailles olympiques s’ajoutent les treize championnats du monde qui permettent de comprendre comment Martin Fourcade est entré dans les discussions avec Ole Einar Bjørndalen traitant du plus grand biathlète de l’histoire.

6: Alain Mimoun

Probablement le plus iconique, le plus légendaire de ce classement. Le coureur de fond possède un record imbattable, trente-deux médailles d’or lors des championnats de France. Huit sur 5000m, douze sur 10 000m, six sur marathon et à nouveau six en cross country. En France, lorsque Mimoun participe, il gagne. Sur la scène internationale, il n’aura pas pu dominer comme il le souhaitait. La cause est la présence d’Emil Zatopek, son ami qui le devancera tout au long de sa carrière. Deux fois aux championnats d’Europe, le Français sera vaincu par la  »locomotive Tchèque ». Aux jeux Olympiques, cela est arrivé trois fois, trois courses où Mimoun devra se contenter de l’argent, impuissant face au plus grand coureur de tous les temps. Mais à Melbourne en 1956, pour l’épreuve du Marathon, Zatopek est absent. Mimoun saisit sa chance et réussit une course historique faisant de lui le seul marathonien français de l’après-guerre champion olympique et l’icône intemporelle qu’il est devenu.

5: Tony Parker

Lorsque Tony Parker est enfant, il n’a qu’un rêve, celui de rentrer en NBA. Il n’a aucun modèle à qui s’identifier mais est habité d’une confiance en soi absolue. Le français n’a pas accompli son rêve, il a été au-delà. Il a montré qu’un Européen d’à peine 1m88 pouvait dominer dans le monde des géants Américains. Il est à 18 ans le plus jeune meneur titulaire de l’histoire de la NBA, il deviendra six fois all-star, sera nommé quatre fois dans les All-NBA teams, remportera quatre titres de champion et recevra en 2007 le trophée de MVP des finales (premier européen de l’histoire à recevoir cette récompense). Il détient toujours en 2021 la meilleure performance au scoring d’un européen sur un match, 55 points marqués face à Minnesota. Avec l’équipe de France, il parviendra à s’installer en 2013 sur le toit de l’Europe et remportera également lors des championnats continentaux une médaille d’argent et deux médailles de bronze. Il est impossible de lister tous les records et récompenses de Tony Parker sans tomber dans l’énumération interminable, il faut simplement retenir qu’il y a eu dans le basket français un avant et un après Tony Parker, si bien qu’il en est devenu le visage et a ouvert la voie à tous les enfants français rêvant d’Amérique.

4: Michel Platini

En ce qui est de l’impact, Michel Platini est au sommet. Il est probablement le sportif français le plus médiatique des années 80. Le meneur de jeu a fait revivre l’équipe de France de Football, endormie depuis 1958 et la défaite de la bande Kopa/Fontaine face au Brésil de Pelé. En club, Michel Platini a tout gagné. D’abord la coupe et le championnat de France avec l’ASSE, avant de s’envoler à Turin pour ajouter à son palmarès deux championnats d’Italie ainsi que la ligue des champions qu’il remporta en 1985, le soir de la tragédie du Heysel. Sur le plan individuel, le Français est le premier à remporter trois ballons d’or consécutifs. Il a été élu par les fans Turinois meilleur joueur de l’histoire du club avant que l’IFFHS le classe comme le septième plus grand footballeur de tous les temps.

Mais évidemment, aussi beau que soient son parcours en club, son palmarès, les Français l’ont aimé pour son dévouement à l’équipe de France. Il y a eu des victoires, l’Euro 1984, premier trophée remporté par l’équipe de France, l’exploit majeur de Michel Platini avec les bleus, mais il y a eu beaucoup de déceptions. Durant deux coupes du monde, les Français ont frôlé l’exploit, battu deux fois par la RFA en demi-finale dans des circonstances troubles. Les français auraient dû éliminer les Allemands, notamment lors de  »la nuit de Séville » où l’arbitrage honteux empêchera Michel Platini d’affronter l’Italie de Dino Zoff. A quelques matchs près, à un carton rouge non-donné à Schumacher, Michel Platini aurait peut-être pu rejoindre le cercle très privé des vainqueurs d’un ballon d’or, d’une ligue des champions, d’un euro et d’une coupe du monde ce qui n’aurait fait qu’accentuer sa légende.

3: Suzanne Lenglen

Première star internationale du tennis féminin, pionnière en France du sport professionnel, Suzanne Lenglen a cassé toutes les barrières qui se sont présentées sur sa route. La divine est avant tout un monstre statistique. Double médaillée d’or olympique à Anvers en 1920, elle remporte en individuel six fois les internationaux de Paris ( ancêtre du tournoi de Roland Garros) et six fois le tournoi de Wimbledon. A cela viennent s’ajouter 22 trophées du grand chelem gagnés en double. Sur l’ensemble de sa carrière, Suzanne Lenglen a remporté 98% de ses matchs (7 défaites pour 341 victoires dont 181 consécutives). Elle a également ouvert la porte du monde professionnel à tous les sportifs français. A une époque où l’amateurisme était obligatoire, Suzanne Lenglen a décidé de s’installer aux USA pour se lancer dans une tournée rémunérée et vivre de sa passion. Les sanctions sont nombreuses et elle est notamment exclue à vie de la fédération française de tennis. Elle meurt d’une leucémie foudroyante à seulement trente-neuf ans. Ses obsèques seront suivies par une foule immense et de nombreuses personnalités feront le déplacement pour la saluer une dernière fois.

2: Zinedine Zidane

Le plus grand footballeur Français de tous les temps, pour certains le plus grand toutes nationalités confondues. Zidane a tout gagné, en club et en sélection. Le gamin de Marseille est devenu une icône absolue, le sportif préféré des français, l’homme qui rassemblait à lui seul le pays entier. 15 ans après sa retraite, Zidane est toujours d’actualité, toujours apprécié autant par les fans que par les marques pour qui il est devenu un outil commercial dont le simple nom fait vendre. Il aura fallu 18 ans au haut niveau pour que Zizou construise cette image d’icône populaire. Il y a d’abord eu Cannes, puis Bordeaux où Zidane explose en emmenant le club en finale de coupe UEFA. Transféré ensuite à la Juve, il montre au monde entier son talent en devenant le leader de l’équipe. Ne parvenant pas à remporter la ligue des champions, il est transféré au Real de Madrid pour 75 millions d’euros ( un record à l’époque ) puis soulève enfin la coupe aux grandes oreilles en 2002. Son parcours en équipe de France est connu de tous, deux coups de tête en 1998 qui permettent de gagner la coupe du monde à la maison, vainqueur de l’euro 2000 où il remporte le titre de meilleur joueur, une douche froide à la coupe du monde 2002 et enfin une campagne aussi magnifique que tragique en 2006. Reconnu par les fans mais également par ses pairs, Zidane aura tout réussi dans sa carrière, en faisant l’unanimité auprès de la planète entière.

 » Il est le meilleur joueur que j’ai vu » Roberto Carlos

 »Zidane est un des plus grands joueurs de l’histoire » Franz Beckenbauer

 »C’est le maître » Pelé

 »C’est le plus grand joueur de tous les temps » David Beckham

1: Teddy Riner

La bataille avec Zidane est serrée, mais avec Riner, nous sommes sur un athlète irréel. Probablement le sportif le plus dominant de l’histoire, toutes nationalités et sports confondus, invincible pendant près de 10 ans avec 154 combats remportés consécutivement. 11 fois champions du monde, trois fois champion olympique, pour une carrière qui n’est même pas terminée. Dans le monde du judo, il y aura un avant et un après Riner, il a effacé tous les records, devenant le judoka le plus titré des jeux olympiques et des championnats du monde. Il est difficile de trouver des mots pouvant décrire son parcours, la carrière d’un homme ayant tout détruit sur son passage, qui dépasse les attentes, pourtant au départ déjà démesurées. Sur l’ensemble de sa carrière, le français est à 95% de victoires, face à des adversaires ayant suivi des entrainements spécifiques pour le faire chuter, c’est irréel.